Comment Devenir un Hacker

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Comment Devenir un Hacker

Message  HackAngel le Jeu 11 Nov - 3:06

Cet essai est l'un des textes fondateurs de la Communauté des Hackers.

Il répond à toutes les questions du type "comment devenir un hacker?", "Par où dois-je commencer?", "Quels langages de programmation dois-je connaître?", "Pouvez vous m'aider à hacker(item)?", etc...

Devenir un Hacker est un chemin long et difficile.

Ce texte en est le premier pas.

Comment Devenir un Hacker (par Eric S. Raymond)

Le texte qui suit est une traduction de How To Become A Hacker de Eric Steven Raymond, version du 2 juin 2004 réalisée par Erwan Monier.
Le document original se trouve à l'adresse [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Table des Matières

Pourquoi ce Document ?
Qu'est-ce qu'un Hacker ?
L'Attitude du Hacker

1. Le monde est rempli de problèmes fascinants qui n'attendent que d'être résolus.
2. On ne devrait jamais avoir à résoudre un problème deux fois.
3. L'ennui et les corvées sont maléfiques.
4. La liberté est bonne.
5. L'attitude ne remplace pas la compétence.

Les Compétences de Base du Hacker

1. Apprenez à programmer.
2. Procurez-vous un Unix à code source ouvert et apprenez à vous en servir.
3. Apprenez à utiliser le World Wide Web et à écrire en HTML.
4. Si vous ne maîtrisez pas l'anglais technique, apprenez-le.

Les Statuts dans la Culture Hacker

1. écrivez des programmes à code source ouvert.
2. Aidez à tester et à déboguer des logiciels à code source ouvert.
3. Publiez des informations utiles.
4. Aidez à maintenir l'infrastructure vivante.
5. Contribuez à la culture hacker.

La Relation Hacker/Nerd
Remarques sur le Style de Vie
Autres Ressources
Foire Aux Questions



Pourquoi ce Document ?

En tant qu'éditeur du Jargon File et auteur d'autres documents notoires de même nature, je reçois souvent des e-mails d'internautes débutants qui me demandent comment puis-je apprendre à devenir un hacker?. En 1996 j'ai remarqué qu'il ne semblait pas y avoir de FAQs ou de documents sur le Web qui répondaient à cette question vitale et j'en ai commencé un. De nombreuses personnes le considèrent comme une édition définitive, et je suppose que cela veut dire que ça l'est. Toutefois, je ne clame pas avoir une autorité exclusive sur le sujet et si vous n'aimez pas ce que vous lisez ici, rédigez votre propre document.

Si vous lisez une copie d'écran de ce document hors ligne, la version originale se trouve à [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] (et la traduction française à [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Remarque : il y a une Foire Aux Questions à la fin de ce document. S'il vous plaît, lisez ces questions (deux fois) avant de m'envoyer des e-mails à propos de ce document.

De nombreuses traductions de ce document sont disponibles en : Bulgare, Catalan, Chinois (simplifié), Danois, Hollandais, Finnois Allemand, Hébreu, Hongrois, Italien, Japonais, Coréen, Polonais, Portugais, Espagnol, Turque, et Suédois. Comme ce document change occasionnellement, ces traductions peuvent refléter d'anciennes versions.



Le diagramme qui comporte 5 points dans 9 cases présenté ci-dessus est nommé un glider. C'est un motif simple possédant des propriétés surprenantes dans une simulation mathématique, appelé Life, qui fascine les hackers depuis de nombreuses années. Je pense que le glider est un bon emblème visuel de ce que les hackers sont : abstraits, semblant à première vue mystérieux mais une passerelle vers un véritable monde ayant sa propre logique. Vous pouvez en lire plus sur le glider [NDT : visitez Le Glider - Emblème Universel des Hackers pour lire la version française].

Qu'est-ce qu'un Hacker ?

Le Jargon File contient un grand nombre de définitions du terme hacker, la plupart se rapportant aux aptitudes techniques et au plaisir de résoudre des problèmes et à dépasser les limites. Cependant, si vous souhaitez savoir comment devenir un hacker, seules deux définitions sont pertinentes.

Il existe une communauté, une culture commune, d'experts en programmation et de gourous de la gestion de réseau dont les racines remontent à quelques décennies, au temps des mini-ordinateurs à exploitation partagée et des premières tentatives du réseau ARPAnet. Ce sont les membres de cette culture qui ont introduit le terme hacker. Les hackers ont construit Internet. Ils ont fait du système d'exploitation UNIX ce qu'il est aujourd'hui. Ils font tourner le réseau Usenet. Ils font fonctionner le Web. Si vous faites partie de cette culture, si vous y avez contribué et d'autres membres de cette communauté savent qui vous êtes et vous appellent un hacker, alors vous êtes un hacker.

L'état d'esprit d'un hacker ne se limite pas à cette culture informatique. Il y a des personnes qui appliquent cette attitude à d'autres domaines tels que l'électronique ou la musique. En fait, il est possible de la consacrer à l'état le plus avancé de tout art ou science. Les hackers informatiques reconnaissent ces esprits apparentés et peuvent parfois les appeler des hackers. Certains même estiment que cette démarche est totalement indépendante du support sur lequel le hacker travaille. Toutefois, dans la suite de ce document, nous allons concentrer notre attention aux aptitudes et au comportement des hackers informatiques, et aux traditions de cette culture commune qui a donné naissance au terme hacker.

Il y a un autre groupe de personnes qui s'autoproclament des hackers, mais qui n'en sont pas. Ces personnes (majoritairement des adolescents de sexe masculin) qui prennent leur pied à pirater les systèmes téléphoniques et à s'introduire à distance dans les ordinateurs. Les vrais hackers les appellent des crackers et ne veulent avoir rien à faire avec eux. Les vrais hackers pensent surtout que les crackers sont paresseux, irresponsables et pas très brillants. Ils réfutent l'idée qu'être capable de craquer des sécurités fasse de soi un hacker tout comme démarrer une voiture en court-circuitant l'allumage fasse de soi un ingénieur automobile. Malheureusement, de nombreux journalistes et écrivains se sont laissés abuser à utiliser le mot hacker pour décrire les crackers, ce qui ne lasse pas d'irriter les hackers.

La différence fondamentale est : les hackers construisent des choses, les crackers les détruisent.

Si vous souhaitez être un hacker, continuez de lire ce document. Si vous voulez être un cracker, allez lire le newsgroup alt.2600 et préparez vous à un réveil brutal après avoir découvert que vous êtes moins intelligent que vous le croyez. C'est tout ce que j'ai à dire des crackers.

L'Attitude du Hacker

1. Le monde est rempli de problèmes fascinants qui n'attendent que d'être résolus.
2. On ne devrait jamais avoir à résoudre un problème deux fois.
3. L'ennui et les corvées sont maléfiques.
4. La liberté est bonne.
5. L'attitude ne remplace pas la compétence.



Les hackers résolvent des problèmes, construisent des choses et croient en la liberté et en l'entraide bénévole. Pour être accepté comme hacker, vous devez vous comporter comme si vous aviez vous-même cet état d'esprit. Et pour vous comporter comme si vous aviez cet état d'esprit, vous devez vraiment y croire.

Cependant, si vous pensez à adopter des comportements propres aux hackers dans le seul but d'être accepté dans leur culture, vous ne comprenez rien. Croire en ces choses est important parce qu'elles vous permettrons de rester motivé et vous aideront à apprendre. Comme dans toute forme d'art, le moyen le plus efficace de devenir un maître est d'imiter l'état d'esprit des maîtres, non seulement intellectuellement mais aussi émotionnellement.

Et comme dit le poème moderne Zen suivant :

Pour suivre le chemin :
Regarde le maître,
Suis le maître,
Marche à côté du maître,
Regarde par les yeux du maître,
Deviens le maître.



Donc si vous voulez être un hacker, répétez les phrases suivantes jusqu'à y croire réellement :

1. Le monde est rempli de problèmes fascinants qui n'attendent que d'être résolus.

C'est très amusant d'être un hacker, mais c'est le genre d'amusement qui demande beaucoup d'efforts. Et ces efforts nécessitent de la motivation. Les athlètes accomplis tirent leur motivation d'un certain plaisir physique à faire travailler leur corps, à dépasser leurs propres limites. De manière similaire, il faut, pour être un hacker, ressentir une excitation à résoudre des problèmes, à affûter ses compétences et à exercer son intelligence.

Si cette façon de penser ne vous semble pas naturelle, il vous faudra qu'elle le soit pour que vous deveniez un hacker. Autrement vous découvrirez que votre énergie est rongée par des distractions telles que le sexe, l'argent et la reconnaissance sociale.

Vous devez aussi développer une certaine foi en votre propre capacité d'apprentissage, la conviction que, même si vos connaissances ne vous permettent pas de résoudre un problème, le fait d'en attaquer une partie et d'en tirer quelque chose vous permettra de résoudre une autre partie, et cela jusqu'à résoudre le problème entier.

2. On ne devrait jamais avoir à résoudre un problème deux fois.

Les cerveaux créatifs sont une ressource de grande valeur, mais limitée. Ils ne devraient pas perdre leur temps à réinventer la roue alors qu'il existe tant de nouveaux problèmes fascinant qui les attendent.

Pour vous comporter comme un hacker, vous devez être convaincu que le temps de pensée des autres hackers est précieux. Si précieux qu'il est un devoir moral pour vous de partager vos informations, de résoudre des problèmes et d'en donner les solutions pour que d'autres hackers puissent se concentrer sur de nouveaux problèmes au lieu de travailler perpétuellement sur d'anciens.

(Ne vous croyez pas obligé de diffuser toutes vos créations, bien que les hackers les plus respectés sont ceux qui le font. En vendre une partie pour avoir de quoi se nourrir, se loger et payer ses ordinateurs est compatible avec les valeurs des hackers. Vous pouvez aussi utiliser vos compétences pour entretenir votre famille ou même devenir riche tant que vous restez fidèle à votre art et à vos confrères hackers.)

3. L'ennui et les corvées sont maléfiques.

Les hackers (et les gens créatifs en général) ne devraient jamais s'ennuyer ou se consacrer à des taches répétitives, parce que dans ce cas, ils ne font pas ce qu'eux seuls savent faire : résoudre de nouveaux problèmes. Cette perte de temps nuit à tout le monde. Pour ces raisons, l'ennui et les corvées ne sont pas seulement déplaisants, ils sont maléfiques.

Pour vous comporter comme un hacker, vous devez vous en convaincre suffisamment pour vouloir automatiser au maximum les tâches ennuyeuses de votre travail, non seulement pour vous-même, mais aussi pour tous les autres (et particulièrement les autres hackers).

(Il existe toutefois une exception à cette règle. Un hacker va parfois faire des choses qu'un observateur trouverait répétitives ou ennuyeuses dans le but de se vider l'esprit, d'acquérir une nouvelle compétence ou de l'expérience. Mais c'est toujours par choix : toute personne capable de penser ne devrait jamais être forcée d'effectuer un travail ennuyeux.)

4. La liberté est bonne.

Les hackers sont naturellement anti-autoritaires. Quiconque peut vous donner des ordres peut vous empêcher de résoudre les problèmes qui vous fascinent. étant donné la façon dont les esprits autoritaires fonctionnent, ils trouveront toujours un prétexte stupide pour le faire. Vous devez donc combattre les comportements autoritaires partout où vous les rencontrez, de crainte qu'ils ne vous réduisent au silence, vous et les autres hackers.

(Ce n'est pas pareil que de combattre toute forme d'autorité. Les enfants ont besoins d'être guidés et les criminels d'être contenus. Un hacker peut accepter un certain type d'autorité pour obtenir quelque chose qui vaut bien le temps passé à suivre des ordres. Mais ce doit être une négociation réfléchie et limitée. La soumission totale requise par l'autoritarisme n'est pas une option.)

Les autoritaristes se méfient de l'entraide volontaire et du partage d'informations. Ils n'apprécient la coopération que lorsqu'ils la contrôlent. De ce fait, pour vous comporter en hacker, vous devez devenir instinctivement hostile à la censure, au secret et l'emploi de la force ou de la tromperie pour contraindre des adultes responsables. Et vous devez être prêt à agir conformément à cette conviction.

5. L'attitude ne remplace pas la compétence.

Pour être un hacker, vous devez acquérir certains de ces traits de caractère. Mais simplement adopter un état d'esprit ne fera de vous un hacker, pas plus qu'un champion sportif ou une rock star. Devenir un hacker nécessite de l'intelligence, de l'expérience, du dévouement et un travail acharné.

Par conséquent, vous devez apprendre à vous méfier des attitudes et à respecter les aptitudes, quelles qu'elles soient. Les hackers ne perdront pas leur temps avec les m'as-tu-vu mais ils admirent les compétences, particulièrement liées aux hackers, mais toute compétence est bonne. Elle est particulièrement appréciée lorsqu'elle touche des domaines astreignants que peu de personnes maîtrisent et plus encore des domaines qui nécessitent de l'acuité mentale, du savoir-faire et de la concentration.

Si vous vénérez les aptitudes, vous prendrez plaisir à en développer. Le travail acharné et le dévouement prendront la forme d'un jeu intense et non d'une corvée. Ce trait de caractère est vital pour devenir un hacker.

Les Compétences de Base du Hacker

1. Apprenez à programmer.
2. Procurez-vous un Unix à code source ouvert et apprenez à vous en servir.
3. Apprenez à utiliser le World Wide Web et à écrire en HTML.
4. Si vous ne maîtrisez pas l'anglais technique, apprenez-le.



L'état d'esprit du hacker est primordial, mais ses aptitudes le sont plus encore. Son attitude ne peut remplacer ses compétences et il y a un ensemble de connaissances de base que vous devez posséder avant de pouvoir être considéré comme un hacker par la communauté.

Ces connaissances évoluent lentement au fil des années avec la technologie, certains outils devenant obsolètes, d'autres voyant le jour. Par exemple, la programmation en langage machine était autrefois indispensable alors que le HTML est tout récent. De nos jours, les aptitudes que vous devez posséder sont les suivantes :

1. Apprenez à programmer.

C'est, évidemment, la compétence fondamentale du hacker. Si vous ne connaissez pas de langage de programmation, je vous recommande de débuter avec Python. Il est clairement structuré, bien documenté et relativement simple pour les débutants. Bien qu'il s'agisse d'un bon langage de départ, il ne s'agit pas d'un simple jouet. C'est un outil très puissant, flexible et particulièrement efficace pour les grands projets. J'ai rédigé une évaluation de Python plus détaillée. De bon tutoriels sont disponibles sur le site Web de Python.

Java est aussi un bon langage pour apprendre à programmer. Il est plus difficile que Python mais produit du code plus rapide. Je pense qu'il fait un excellent second langage.

Mais soyez conscient que vous n'obtiendrez pas les aptitudes d'un hacker ou même d'un programmeur en connaissant seulement un ou deux langages. Vous devez apprendre à aborder les problèmes de programmation de manière générale, quelque soit le langage que vous utilisez. Pour être un vrai hacker, vous devez pouvoir apprendre un nouveau langage en quelques jours, simplement en appliquant les règles du manuel à vos connaissances en matière de programmation. Par conséquent il vous faudra maîtriser plusieurs langages très différents.

Si vous vous lancez sérieusement dans la programmation, vous devrez étudier le C, le langage noyau d'Unix. Le langage C++ en est très proche. Ainsi, si vous connaissez l'un, vous n'aurez pas de difficulté à apprendre l'autre. Cependant, il n'est pas bon d'en faire votre premier langage. D'ailleurs, plus vous pouvez éviter de programmer en C, plus vous serez productif.

Le langage C est très efficace et ménage particulièrement les ressources de votre machine. Malheureusement, cet atout nécessite une gestion manuelle conséquente des ressources, telles que la mémoire. Tout ce code de bas niveau est complexe et enclin aux bogues. Vous devrez passer une grande partie de votre temps à le déboguer. De nos jours, avec la puissance des machines, c'est en général un mauvais compromis. Il est plus astucieux de choisir un langage qui demandera moins de votre temps que celui de votre machine. Pour cela, Python est un bon choix.

D'autres langages de programmation particulièrement chers aux hackers comprennent Perl et LISP. Apprendre le Perl est intéressant pour des raisons pratiques. Il est très largement utilisé dans les pages Web actives et l'administration de système. Ainsi, même si vous ne l'employez jamais, vous devriez savoir le lire. Par ailleurs, nombre de personnes s'en servent comme je vous conseille d'utiliser Python, afin d'éviter la programmation en C pour des projets qui ne nécessitent pas l'efficacité des machines C. Vous aurez besoin de comprendre leur code.

L'apprentissage de LISP mérite votre attention car sa maîtrise offre une expérience révélatrice et profonde. Elle fera de vous un meilleur programmeur pour le reste de vos jours, même si vous n'utilisez plus vraiment le langage LISP. (Il est assez facile d'obtenir des bonnes bases avec LISP en codant ou en modifiant des mode d'édition de l'éditeur de texte Emacs.)

Le mieux, en fait, est de les apprendre tous les cinq (Python, Java, C/C++, Perl et LISP). En plus d'être les langages les plus importants pour les hackers, ils représentent des approches très diverses de la programmation, et chacun vous apportera des connaissances très profitables.

Je ne peux pas vous donner ici d'instructions complètes sur l'apprentissage de la programmation, il s'agit d'une exercice complexe. Mais je peux vous dire que les cours et les livres n'y suffisent pas (de nombreux, et peut-être même la plupart des meilleurs hackers sont autodidactes). Vous pouvez apprendre dans les livres certaines fonctionnalités de langage, quelques connaissances, mais l'état d'esprit qui les transformera en réelles compétences ne peut s'acquérir que par des années d'apprentissage et de pratique. Ce qu'il vous faut, c'est (a) lire du code et (b) écrire du code.

Apprendre à programmer, c'est comme apprendre à écrire naturellement et correctement dans n'importe quelle langue. La meilleure façon d'y arriver, c'est de lire les maîtres, d'écrire soi-même un peu, de lire beaucoup plus, d'en écrire un peu plus, et ce jusqu'à ce que votre écriture montre la même force et simplicité que vos modèles.

Il était autrefois difficile aux apprentis hackers de trouver du bon code à lire et à bricoler, parce que les sources des gros programmes étaient rarement disponibles. Cette situation a vraiment changé. Aujourd'hui, les logiciels à code source ouvert, les outils de programmation et systèmes d'exploitations open-source, tous écris par des hackers, sont très largement accessibles. Ce qui m'amène à notre sujet suivant ...

2. Procurez-vous un Unix à code source ouvert et apprenez à vous en servir.

Je vais supposer que vous possédez ou que avez accès à un ordinateur personnel (de nos jours, c'est si facile Smile). Le tout premier pas pour n'importe quel aspirant hacker pour obtenir des compétences de hacker est d'obtenir une copie de Linux ou d'un des Unix de BSD, de l'installer sur sa machine et la faire tourner.

Certes, il existe d'autres systèmes d'exploitation dans le monde qu'Unix. Le problème est qu'ils sont distribués en code binaire; vous ne pouvez ni le lire ni le modifier. Essayer de bidouiller sur une machine Windows, sous MacOS ou tout autre système binaire, c'est comme tenter d'apprendre à danser alors que vous êtes entièrement plâtré.

Il est possible de bricoler avec OS/X. Toutefois, seule une partie du système est à code source ouvert. Vous risquez donc de rencontrer de nombreux murs, et vous devez rester prudent et ne pas prendre la mauvaise habitude de dépendre d'un code qui est la propriété d'Apple. Si vous vous concentrez sur le système Unix, sous son capot, vous pourrez apprendre quelques astuces très utiles.

Unix est le système d'exploitation d'Internet. Alors que vous pouvez apprendre à vous servir d'Internet sans connaître Unix, vous ne pouvez pas être un hacker d'Internet sans comprendre Unix. C'est pour cette raison que, de nos jours, la culture des hackers est très fortement centrée sur Unix. Ce n'a pas toujours été le cas, et quelques hackers rétro n'en sont toujours pas très contents. Cependant, la symbiose entre Unix et Internet est devenue tellement solide que même la toute puissance de Microsoft n'a pas l'air de l'entailler.

Alors, installez Unix. Personnellement, j'aime Linux, mais il y a d'autres choix possibles (et oui, vous pouvez faire tourner Linux et Microsoft Windows sur la même machine). Apprenez-le. Faites-le tourner. Bidouillez avec. Communiquez avec Internet grâce à lui. Lisez le code. Modifiez le code. Vous trouverez de meilleurs outils de programmation (dont C, LISP, Python et Perl) que sous n'importe quel système d'exploitation de Microsoft. Vous vous amuserez et vous assimilerez plus de connaissances que vous ne le croyez, jusqu'à ce que vous réalisiez que vous êtes un maître hacker.

Pour en savoir plus sur Unix, voir The Loginataka. Vous voudrez aussi jeter un coup d'oeil sur l'essai The Art Of Unix Programming.

Pour mettre la main sur une copie de Linux, voir le site Linux Online!. Vous pouvez y effectuer un téléchargement ou, et c'est sans doute une meilleure idée, trouver un groupe local d'utilisateurs de Linux qui vous aidera pour votre installation. Du point de vue d'un nouvel utilisateur, toutes les distributions de Linux sont plus ou moins équivalentes.

Vous pouvez trouver l'aide et les ressources de BSD Unix à [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

J'ai écris un premier jet sur les bases d'Unix et d'Internet.

(Remarque : Je ne conseillerais pas à un novice d'installer Linux ou BSD tout seul. Pour Linux, tachez de trouver un groupe d'utilisateur pas loin de chez vous et demandez-leur de l'aide.)

3. Apprenez à utiliser le World Wide Web et à écrire en HTML.

La plupart des créations de la communauté des hackers fonctionnent dans l'ombre. Elles permettent de faire tourner des usines, des bureaux et des universités sans impact apparent sur les vies des non-hackers. Le Web est la seule grosse exception, ce jouet des hackers, brillant et démesuré, dont même les politiciens admettent qu'il est en train de changer le monde. Rien que pour cette raison, et pour bien d'autres encore, vous devez apprendre à vous servir du Web.

Cela ne signifie pas uniquement savoir utiliser un navigateur (tout le monde pour le faire) mais aussi apprendre à écrire en HTML, le langage de balisage du Web. Si vous ne savez pas programmer, écrire en HTML vous enseignera quelques habitudes mentales qui vous y aideront. Réalisez donc votre page personnelle. Tâchez de vous cantonner au XHTML, qui est un langage plus propre que le HTML classique. (Il existe de bon tutoriels pour débutants sur le Web : en voici un). [NDT : pour un tutoriel en français, visitez Guide HTML / XHTML].

Toutefois, avoir son propre site Web ne fera pas de vous un hacker. Le Web est plein de pages personnelles. Un grand nombre sont sans intérêt, un lisier sans contenu; certes un lisier qui tape à l'oeil, mais pour autant insipide (pour plus de détails à ce propos, visitez The HTML Hell Page). [NDT : Qu'Est-ce qu'une Bonne Page Web est un document similaire mais en français].

Pour qu'elle en vaille la peine, votre page doit posséder du contenu. Elle doit être intéressante et/ou utile pour les autres hackers. Ce qui nous amène au sujet suivant...

4. Si vous ne maîtrisez pas l'anglais technique, apprenez-le.

En tant qu'américain et qu'anglophone de naissance, j'ai d'abord eu des réserves quant à suggérer ceci, de peur que ce soit pris comme une sorte d'impérialisme culturel. Pourtant, plusieurs personnes, d'autre langue natale, m'ont exhorté à souligner que l'anglais est la langue pratique d'Internet et de la culture hacker. Vous en aurez donc besoin pour communiquer avec la communauté des hackers.

Tout ceci est véridique. En 1991, j'ai appris que de nombreux hackers, dont l'anglais est la seconde langue, l'utilise dans des discussions techniques, même s'ils ont la même langue natale. On m'a rapporté à l'époque que l'anglais possède un vocabulaire technique plus riche que tout autre langue, ce qui en fait un outil plus adapté. Pour des raisons similaires, les traductions de livres techniques rédigés en anglais laissent souvent à désirer (lorsqu'elles existent).

Linus Torvalds, un finlandais, commente son code en anglais (apparemment, il ne lui est jamais venu à l'esprit de faire autrement). Sa fluidité en anglais fut un facteur primordial dans sa capacité à rassembler une communauté internationale de développeurs pour Linux. C'est un exemple qui vaut d'être suivi.

Les Statuts dans la Culture Hacker

1. crivez des programmes à code source ouvert.
2. Aidez à tester et à déboguer des logiciels à code source ouvert.
3. Publiez des informations utiles.
4. Aidez à maintenir l'infrastructure vivante.
5. Contribuez à la culture hacker.



Comme la plupart des cultures sans économie fiduciaire, la réputation fait loi dans la communauté des hackers. Vous essayez de résoudre des problèmes intéressants, mais seuls vos égaux ou vos supérieurs d'un point de vue technique sont à même de juger l'intérêt réel de ces problèmes et la qualité de vos solutions.

Par conséquent, lorsque vous jouez au hacker, vous apprenez à tenir les scores en fonction de ce que les autres hackers pensent de vos aptitudes; et c'est pourquoi vous n'appartiendrez à la communauté hacker qu'un fois reconnu par ses membres. Ce fait est masqué par l'image de solitude de l'activité du hacker, ainsi que par un tabou culturel (en déclin actuellement mais toujours présent) au sein même des hackers, qui refusent que l'orgueil ou la validation extérieure ne fassent partie de leurs motivations.

Explicitement, le monde des hackers est ce que les anthropologues appellent une culture du don. Votre statut et votre réputation ne se fondent pas sur votre potentiel à dominer les autres, sur votre beauté ou sur vos possessions qui font des envieux, mais sur votre capacité à donner, en particulier votre temps, votre créativité et le résultat de vos compétences.

Il existe en fait cinq différentes actions que vous pouvez entreprendre pour gagner le respect des hackers :

1. écrivez des programmes à code source ouvert.

La première action, la plus essentielle et traditionnelle, est d'écrire des programmes que les autres hackers trouvent amusants ou utiles, et d'en diffuser le code source à toute la communauté.

(Nous avions l'habitude de les appeler des free software [NDT: logiciels libres, en français], mais cela troublait trop de personnes qui n'étaient pas certain du véritable sens de free [NDT: en anglais, le terme free signifie à la fois libre et gratuit]. La plupart des hackers, au moins deux tiers selon des analyses sur le contenu du Web, préfèrent désormais utiliser le terme logiciel open-source [NDT: en français, logiciel à code source ouvert].)

[NDT : Il existe aussi en français deux termes, logiciel libre et logiciel à code source ouvert, même s'il ne semble pas qu'un terme ait pris l'ascendant sur l'autre. Par ailleurs, il existe une réelle différence entre les deux termes anglais. Le Mouvement du logiciel libre, Free Software Foundation, fondé par Richard Stallman, et le Mouvement open source, Open Source Initiative, initié par Eric S. Raymond, coïncident sur la méthodologie des logiciels mais diffèrent principalement sur l'éthique de leurs mouvements, le premier se voulant être un mouvement social.]

Les demi-dieux les plus vénérés sur la planète hacker sont ceux qui ont écrit des programmes importants répondant à des besoins répandus et les ont diffusé gratuitement, si bien que maintenant tout le monde les utilise.

2. Aidez à tester et à déboguer des logiciels à code source ouvert.

Les hackers aident quiconque en a besoin et déboguent les logiciels à code source ouvert. Dans ce monde imparfait, nous passerons fatalement la majorité du temps de développement d'un logiciel à le déboguer. C'est pour cette raison que tous les auteurs de programmes à code source vous diront qu'un bon bêta-testeur (qui sait décrire des symptômes clairement, bien localiser des problèmes, tolérer des bogues dans une mise à jour éclair et qui est prêt à lancer quelques procédures de diagnostic simples) vaut son pesant d'or. Il suffit d'un seul bêta-testeur pour faire la différence entre une phase de déboguage prolongée, épuisante et cauchemardesque et une besogne profitable.

Si vous êtes novice, tâchez de trouver un programme en développement qui vous intéresse et d'en être un bon bêta-testeur. La progression se fait naturellement en commençant par aider à tester les programmes, puis à les déboguer pour finalement participer à leur modification. Vous apprendrez beaucoup en procédant de la sorte, et vous vous ferez de bonnes relations avec des personnes qui vous aideront plus tard.

3. Publiez des informations utiles.

Une autre bonne chose à faire est de réunir et de trier des informations utiles et intéressantes et de les publier sur des pages Web ou des documents tels que des Foires Aux Questions (FAQ) de sorte qu'elles soient disponibles au public.

Ceux qui maintiennent les principales FAQs techniques récoltent presque autant de respect que les auteurs de programmes à code source ouvert.

4. Aidez à maintenir l'infrastructure vivante.

La culture hacker (et donc le développement technique d'Internet) est basée sur le bénévolat. Il existe de nombreuses tâches nécessaires quoique peu séduisantes pour qu'elle se maintienne : administrer des listes de diffusion, modérer des forums de discussion, gérer de grands sites d'archivage de logiciels, développer des RFCs [NDT : Request For Comment, publications de référence portant sur le réseau Internet et rédigées par les experts du réseau, définition du grand dictionnaire terminologique] et d'autres normes techniques.

Les personnes qui maintiennent cette infrastructure sont très respectées parce que tout le monde sait que c'est un travail qui demande beaucoup de temps et qui n'est pas aussi amusant que de jouer avec du code. Y contribuer est une preuve de dévouement.

5. Contribuez à la culture hacker.

Enfin, pour pouvez participer à la transmission de la culture hacker elle-même (par exemple, en rédigeant un livre pour enfants complet sur comment devenir un hacker Smile). Avant d'en arriver là, vous devrez avoir roulé votre bosse dans la communauté et vous être illustré dans l'une des quatre actions ci-dessus.

Le monde des hackers n'a pas de chefs, à proprement parler, mais il possède des héros et des anciens de la tribu, des historiens et des porte-parole. Quand vous aurez passé suffisamment de temps dans les tranchées, vous pourrez peut-être devenir l'un deux. Mais attention, les hackers se méfient de l'ego flagrant des anciens de leur tribu; il est apparemment dangereux d'être en quête de ce statut. Plutôt que de vous y efforcer, vous devez vous mettre sur les bancs et attendre que ce statut vous tombe naturellement dans le creux de la main et rester modeste et abordable.

La Relation Hacker/Nerd

Contrairement au mythe populaire, vous n'avez pas besoin d'être un nerd [NDT : le nerd est un accroc de l'informatique qui passe des nuits entières devant son écran d'ordinateur, n'a pas de vie sociale et ressemble à un adolescent un peu attardé, lunette à double foyer, acné, peu athlétique.] pour être un hacker. Pourtant cela aide, et nombre de hackers sont en réalité des nerds. étre un rejeté social vous permet de rester concentré sur la seule chose qui importe, comme penser et bidouiller comme un hacker.

C'est pourquoi beaucoup de hackers ont adopté l'étiquette de nerd et endossent même avec fierté le badge encore plus rude de geek. C'est une manière de déclarer leur indépendance de toute attente sociale. Pour une discussion plus complète sur le sujet, vous pouvez vous rendre sur The Geek Page.

Si vous arrivez à passer suffisamment de temps pour devenir un bon hacker et continuer à avoir une vie à côté, tant mieux. Cela est plus simple de nos jours que dans les années 70s, quand j'étais un novice. Le courant de pensée de la société actuelle est plus complaisant vis-à-vis des techno-nerds. Il y a même un nombre croissant de personnes qui réalisent que les hackers font souvent d'excellents amants et de très bons maris.

Si vous souhaitez devenir un hacker parce que vous n'avez pas de vie, pas de problème; au moins, vous n'aurez pas de difficulté à vous concentrer. Et puis vous aurez peut-être une vie plus tard.

Remarques sur le Style de Vie

De nouveau, pour être un hacker, il faut entrer dans l'état d'esprit du hacker. Pour se faire, il existe quelques petites choses que vous pouvez faire lorsque vous n'êtes pas devant votre ordinateur. Ces activités ne remplacent pas le bidouillage informatique mais la plupart des hackers les pratiquent et se sentent fondamentalement connectés à l'essence même de ce qui fait le hacker.

- Maîtrisez l'écrit de votre langue natale. Bien que le stéréotype veuille que le programmeur ne sache pas bien écrire, un nombre étonnant de hackers (parmi lesquels les plus éminents que je connaisse) sont des écrivains compétents.
- Lisez de la science-fiction. Allez aux conventions SF (un bon moyen de rencontrer des hackers et des proto-hackers).
- étudiez le zen et/ou pratiquez les arts martiaux (la discipline mentale semble remarquablement similaire).
- Développez une oreille musicale aiguisée. Apprenez à apprécier des genres particuliers de musique. Apprenez à bien jouer d'un instrument ou à bien chanter.
- Stimulez votre goût pour les calembours et les jeux de mots.

Plus vous pratiquez déjà ces activités, plus il est probable que vous soyez à même de devenir un bon hacker. Pourquoi ces disciplines en particulier sont importantes n'est pas tout à fait clair, à part pour le fait qu'elles mettent en jeu un dosage, entre des aptitudes du lobe gauche et droit du cerveau, qui semble important (les hackers doivent savoir à la fois raisonner logiquement et franchir la barrière de la logique apparente d'un problème au moment opportun).

Travaillez aussi intensément que vous jouez et jouez aussi intensément que vous travaillez. Pour les véritables hackers, les frontières entre jeu, travail, science et art ont tendance à disparaître et à fusionner avec un entrain créatif incomparable. Aussi, ne vous limitez pas à une palette de compétences restreinte. Bien que la plupart des hackers se disent être des programmeurs, il y a de fortes chances pour qu'ils soient plus qu'expérimentés dans un grand nombre de domaines liés : administration de système, conception de sites Web, et dépannage de matériel informatique font partie des plus communs. Un hacker qui est administrateur de système, à son tour, sera sans doute compétent en programmation de script et en conception de sites Web. Les hackers ne font rien à moitié. S'ils s'investissent dans une activité, ils deviennent souvent très doués.

Pour conclure, voici une liste de choses à ne pas faire :

- N'utilisez pas de pseudonymes ou de nom d'utilisateur stupide ou grandiloquent.
- Ne prenez pas part aux dissensions frénétiques sur le réseau Usenet (ni où que ce soit).
- Ne vous autoproclamez pas cyberpunk, et ne perdez pas votre temps avec ceux qui le font.
- Ne postez pas de messages et n'envoyez pas d'e-mails remplis de fautes d'orthographe et de grammaire.

La seule réputation que vous vous ferez en agissant de la sorte est celle d'un crétin. Les hackers ont la mémoire longue. Il vous faudra peut-être des années pour que ces erreurs soient oubliées.

Le problème des pseudonymes et des noms d'utilisateur mérite quelques approfondissements. Dissimuler son identité derrière un pseudonyme est un comportement immature et idiot, caractéristique des crackers, des warez d00dz [NDT : une sous-culture majeure des crackers], et d'autres formes de vie inférieures. Les hackers ne le font pas. Ils sont fiers de leurs réalisations et veulent que leur vrai nom y soit associé. Donc si vous avez un pseudonyme, laissez-le tomber. Il ne pourra que vous faire passer pour un looser dans la communauté hacker.


Autres Ressources

Peter Seebach maintient un excellent Hacker FAQ pour les managers qui ne comprennent pas comment s'y prendre avec les hackers. Si le site de Peter n'est pas en ligne, vous pouvez en trouver une copie sur Excite search.

Il existe un document appelé How To Be A Programmer qui est un excellent complément au précédent. Il contient de précieux conseils non seulement sur la programmation et les compétences requises mais aussi sur comment travailler dans une équipe de programmeurs.

J'ai également écris Brief History Of Hackerdom [NDT : Une Brève Histoire des Hackers].

J'ai rédigé l'article The Cathedral and the Bazaar, qui explique pas mal de choses sur le fonctionnement de Linux et de la culture open-source. Ce sujet est traité plus précisément dans sa suite : Homesteading the Noosphere.

Rick Moen a publié un excellent document sur comment gérer un groupe d'utilisateurs Linux.

Rick Moen et moi-même avons collaboré à la conception d'un autre document : How To Ask Smart Questions. Il vous aidera à demander de l'aide d'une manière qui vous permettra d'en recevoir.

Si vous avez besoin d'instructions de base concernant les ordinateurs personnels, Unix et l'Internet, allez voir The Unix and Internet Fundamentals HOWTO.

Lorsque vous diffusez un logiciel ou que vous écrivez un patch pour un programme, essayez de suivre les principes de Software Release Practice HOWTO.

Si vous avez aimé le poème zen, vous apprécierez sans doute Rootless Root: The Unix Koans of Master Foo.

Foire Aux Questions

Q: Pouvez-vous m'apprendre à être un hacker ?
Q: Par quoi puis-je commencer, alors ?
Q: Quand faut-il commencer ? Est-il trop tard pour moi ?
Q: Combien de temps me faudra-t-il pour devenir un hacker ?
Q: Est-ce que le Visual Basic et le C# sont de bons langages pour débuter ?
Q: Pourriez-vous m'aider à craquer un système, ou m'apprendre à pirater ?
Q: Comment puis-je obtenir le mot de passe du compte de quelqu'un d'autre ?
Q: Comment puis-je pénétrer/lire/surveiller la boîte e-mail d'un autre utilisateur ?
Q: Comment puis-je voler les privilèges d'un opérateur de canal IRC.
Q: J'ai été piraté. Pourriez-vous m'aider à me défendre contre de nouvelles attaques ?
Q: J'ai des problèmes avec mes logiciels Windows. Pourriez-vous m'aider ?
Q: Où puis-je trouver de vrais hackers à qui parler ?
Q: Pourriez-vous me conseiller des ouvrages consacrés au monde des hackers ?
Q: Est-ce que j'ai besoin d'être fort en mathématiques pour devenir un hacker ?
Q: Quel langage dois-je apprendre pour commencer ?
Q: De quel type de matériel ai-je besoin ?
Q: Je souhaite contribuer. Pourriez-vous m'aider à choisir un projet sur lequel travailler ?
Q: Dois-je haïr et cogner sur Microsoft ?
Q: Les logiciels à code source ouvert ne vont-ils pas empêcher les programmeurs de gagner leur pain ?
Q: Comment puis-je démarrer ? Où puis-je trouver un Unix gratuit ?



Q: Pouvez-vous m'apprendre à être un hacker ?

R: Depuis que j'ai publié cette page pour la première fois, je reçois chaque semaine des messages (souvent plusieurs par jour) de personnes me demandant apprenez-moi tout ce qu'il faut savoir pour être un hacker. Malheureusement, je n'ai ni le temps ni l'énergie pour le faire. Mes propres bidouillages et mes déplacements en tant que défenseur du mouvement open-source prennent 100% de mon temps.

Et même si j'avais le temps, on ne peut pas enseigner l'attitude et les compétences qui font un hacker, et qu'il faut acquérir par soi-même. Vous découvrirez que les hackers veulent vous aider, mais qu'ils ne vous respecteront pas si vous les implorer de vous nourrir à la petite cuillère.

Commencez par apprendre quelques petits trucs. Montrez que vous faîtes des efforts, que vous êtes capable d'apprendre par vous-même. Après, posez des questions précises aux hackers.

Si vous demandez de l'aide à un hacker par e-mail, voici deux choses que vous devez savoir au préalable. Tout d'abord, nous avons remarqué que les personnes qui sont paresseuses et négligentes dans leur façon d'écrire le sont aussi dans leur manière de penser et ne font pas de bons hackers. Faites donc attention à votre orthographe, grammaire et ponctuation, sinon vous serez sans doute ignoré. Ensuite, n'envisagez même pas de demander une réponse sur une adresse e-mail différente de celle que vous avez utilisée pour votre message; en général, ceux qui le demandent sont des truands qui utilisent des comptes piratés, et nous n'avons aucun intérêt à récompenser ou aider le piratage.

Q: Par quoi puis-je commencer, alors ?

R: Le meilleur moyen de démarrer est de vous rendre à une session d'un GUL (groupe d'utilisateur de Linux). Vous pouvez trouver un GUL sur LDP General Linux Information Page [NDT : vous trouverez des GUL francophones sur le site de l'Association Francophone des Utilisateurs de Linux et des Logiciels Libres]. Il y a de fortes chances pour qu'il y en ait un près de chez vous, probablement associé à une université ou un autre établissement d'enseignement supérieur. Ses membres vous donneront vraisemblablement une version de Linux si vous le leur demandez, et vous aideront certainement à l'installer et à débuter.

Q: Quand faut-il commencer ? Est-il trop tard pour moi ?

R: Peu importe votre àge si vous êtes motivé. Beaucoup de hackers semblent s'y intéresser entre 15 et 20 ans, mais je connais des exceptions dans les deux sens.

Q: Comment de temps me faudra-t-il pour devenir un hacker ?

R: Tout dépend si vous êtes doué et si vous vous travaillez sérieusement. La plupart des gens peuvent acquérir un ensemble de compétence convenable en dix-huit mois ou deux ans, s'ils s'investissent. Mais ne pensez pas que ça s'arrête là. Si vous êtes un vrai hacker, vous passerez le reste de vos jours à apprendre et perfectionner votre art.

Q: Est-ce que le Visual Basic et le C# sont de bons langages pour débuter ?

R: Si vous posez cette question, c'est à coup sûr que vous pensez à bidouiller sous Microsoft Windows. C'est une mauvaise idée en soi. Lorsque je comparais apprendre à bidouiller sous Windows à danser en étant complètement plâtré, je ne plaisantais pas du tout. Ne suivez pas cette route. Elle est répugnante et n'en finit pas de l'être.

Le Visual Basic et le C# présentent des problèmes spécifiques, principalement parce qu'ils ne sont pas transférables. Bien que des prototypes de versions open-source de ces langages existent, les normes de l'ECMA ne couvrent qu'une partie de leurs interfaces de programmation. Sous Windows, la plupart de leurs bibliothèques sont la propriété d'un seul distributeur (Microsoft). Ainsi, si vous n'êtes pas extrêmement prudent sur les caractéristiques que vous utilisez, plus prudent qu'un novice n'en est capable, vous serez réduit aux plateformes que Microsoft a choisi de fournir. Par contre, si vous démarrez sous Unix, de meilleurs langages avec d'excellentes bibliothèques sont disponibles.

Le Visual Basic est particulièrement atroce. Tout comme d'autres versions de Basic, il est très mal conçu et vous donnera de mauvaises habitudes de programmation. Non, ne me demandez pas de vous les décrire en détails, cela remplirait un livre entier. Apprenez un langage bien conçu à la place.

Une de ces mauvaises habitudes est de devenir dépendant des bibliothèques, des gadgets et des outils de développement d'un seul distributeur. En général, tout langage qui n'est pas disponible sous Linux ou l'un des BSD, et/ou au moins trois systèmes d'exploitation de distributeurs différents, n'est pas un bon langage pour s'exercer à devenir un hacker.

Q: Pourriez-vous m'aider à craquer un système, ou m'apprendre à pirater ?

R: Non. Quiconque pose cette question après avoir lu cette FAQ est trop stupide pour être éduqué, même si j'avais le temps de l'encadrer. Toute requête de ce genre par e-mail sera ignorée ou recevra une réponse particulièrement rude.

Q: Comment puis-je obtenir le mot de passe du compte de quelqu'un d'autre ?

R: C'est du piratage. Fiche le camp, abruti.

Q: Comment puis-je pénétrer/lire/surveiller la boîte e-mail d'un autre utilisateur ?

R: C'est du piratage. Barre-toi, idiot.

Q: Comment puis-je voler les privilèges d'un opérateur de canal IRC.

R: C'est du piratage. Dégage, crétin.

Q: J'ai été piraté. Pourriez-vous m'aider à me défendre contre de nouvelles attaques ?

R: Non. à chaque fois qu'on me pose cette question, c'est un pauvre idiot qui utilise Microsoft Windows. Il n'est pas possible de sécuriser efficacement Windows contre les attaques de pirates. Son code et son architecture possèdent tout simplement trop de défauts. Sécuriser Windows serait comme vouloir renflouer un bateau percé comme une passoire. Le seul moyen de se prévenir contre toute attaque est d'opter pour Linux ou un autre système qui a été conçu pour, au moins, pouvoir être sécurisé.

Q: J'ai des problèmes avec mes logiciels Windows. Pourriez-vous m'aider ?

R: Oui. Ouvrez une fenêtre de commande DOS et tapez format c:. Tout problème que vous rencontrez devrait cesser d'ici quelques minutes.

Q: Où puis-je trouver de vrais hackers à qui parler ?

R: Le meilleur moyen est de trouver un groupe d'utilisateurs d'Unix ou de Linux près de chez vous et d'aller à leurs réunions (vous trouverez des liens vers plusieurs listes de groupes d'utilisateurs sur le site LDP hébergé par ibiblio).

Q: Pourriez-vous me conseiller des ouvrages consacrés au monde des hackers ?

R: Je maintiens The Linux Reading List HOWTO [NDT : Bibliographie Linux] qui peut vous servir. Vous pourrez aussi trouver le Loginataka intéressant.

Pour une introduction à Python, allez voir les documents introductifs sur le site de Python.

Q: Est-ce que j'ai besoin d'être fort en mathématiques pour devenir un hacker ?

R: Non. Bien que vous deviez être à même de réfléchir logiquement, vous n'aurez besoin que de très peu d'arithmétique et de mathématiques formelles.

En particulier, vous n'aurez pas besoin de trigonométrie, de calcul ou de mathématiques analytiques (nous laissons tout ça aux électroniciens Smile). Certaines bases en mathématiques discrètes (ce qui comprend l'algèbre booléenne, la théorie des ensembles finis, l'analyse combinatoire et la théorie des graphes) peuvent s'avérer utiles.

Q: Quel langage dois-je apprendre pour commencer ?

R: Le XHTML (le dialecte le plus récent de HTML), si vous ne le connaissez pas déjà. Il existe malheureusement peu de bons ouvrages sur le HTML et un grand nombre de très beaux mais très mauvais livres dont la publicité est extravagante et intensive. Celui que je préfère est HTML: The Definitive Guide.

Mais le HTML n'est pas un langage de programmation complet. Lorsque vous serez prêt à programmer, je vous conseille de commencer avec Python. Vous entendrez beaucoup de personnes préconiser Perl, et Perl est toujours plus populaire que Python, mais il est plus dur à apprendre et n'a pas été, à mon avis, aussi bien conçu.

Le C est très important, mais il est aussi plus difficile que Python ou Perl. N'essayez pas de l'apprendre en premier.

Quant aux utilisateurs de Windows, n'optez pas pour le Visual Basic. Il vous donnera de mauvaises habitudes et il n'est pas transférable hors de Windows. à éviter.

Q: De quel type de matériel ai-je besoin ?

R: Autrefois, je pensais que les ordinateurs personnels n'ont pas assez de mémoire et ne possèdent pas de moteurs assez puissants, de sorte qu'ils limitent artificiellement l'apprentissage du hacker. Cela a cessé d'être vrai il y a quelques années. N'importe quelle machine supérieure à un Intel 486DX50 est plus que suffisamment puissante pour faire du développement, faire fonctionner un système X Window et utiliser Internet. Par ailleurs, les plus petits disques durs que vous pouvez acheter de nos jours font amplement l'affaire.

L'étape la plus importante dans le choix d'une machine est de vérifier que le matériel est compatible avec Linux (ou BSD, si vous décidez de suivre ce chemin). Encore une fois, la plupart des ordinateurs personnels modernes devraient l'être. Le seul domaine vraiment poisseux est celui des modems. Certaines machines ont du matériel spécifique Windows qui ne marche pas sous Linux.


Il existe une FAQ concernant la compatibilité du matériel informatique, dont voici la dernière version.

Q: Je souhaite contribuer. Pourriez-vous m'aider à choisir un projet sur lequel travailler ?

R: Non, parce que je ne connais ni vos compétences ni vos intérêts. Vous devez être motivé sinon vous n'irez pas au bout. C'est pour cela que ne pas choisir soi-même son projet ou la direction de son travail ne marche jamais ou presque.

Essayez plutôt ceci : regardez pendant quelques jours la liste des projets annoncés sur Freshmeat. Lorsque vous en voyez un qui vous fait penser Cool! J'aimerais bien bosser là-dessus!, rejoignez le projet.

Q: Dois-je haïr et cogner sur Microsoft ?

R: Non, vous n'êtes pas obligé. Non pas que Microsoft n'est pas écoeurant, mais il y avait une culture hacker bien avant Microsoft et il y en aura une bien après que Microsoft aura été de l'histoire ancienne. Toute énergie dépensée à haïr Microsoft serait mieux employée par vos compétences et votre passion. écrivez du bon code, cela brisera suffisamment Microsoft sans polluer votre karma.

Q: Les logiciels à code source ouvert ne vont-ils pas empêcher les programmeurs de gagner leur pain ?

R: Cela paraît peu probable. Jusqu'à présent, l'industrie des logiciels à code source ouvert semble créer plus d'emplois qu'elle n'en détruit. Dès lors que la création d'un programme représente un profit net sur son inexistence, un programmeur sera payé, que le code source du logiciel soit ouvert ou non une fois écrit. Par ailleurs, quelque soit le nombre de logiciels libres écrit, il y aura toujours une demande pour de nouvelles applications et des programmes personnalisés. J'en ai écrit plus à ce sujet dans le site Web Open Source.

Q: Comment puis-je démarrer ? Où puis-je trouver un Unix gratuit ?

R: Il existe ailleurs sur cette page des liens vers les sites Web où vous pourrez obtenir les Unix gratuits les plus couramment utilisés. Pour devenir un hacker, il vous faut de la motivation, de l'initiative et la capacité d'être autodidacte. Commencez maintenant ...

Source: [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Texte complet en version pdf: [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

HackAngel
Brigade des ELUS
Brigade des ELUS

Nombre de messages : 6
Date d'inscription : 10/05/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum